Imprimer
Catégorie : Fossiles
Affichages : 3500

Echinolampas hemisphaerica

(Lamarck, 1816), Gironde, Serravallien, 111,15 mm
 
echino-2.jpg
 
Echino.jpg
 
Ce bel echinide de grande taille fait partie des plus beaux Echinolampas de Gironde.
Rare en bon état de conservation, il peut cependant être très fréquent sur certains gisements.
Il est le seul représentant des Echinolampas dans le Serravallien de Gironde.
 
 
 
 

Melanopsis dufourii Férussac, 1822  : Landes - Aquitanien - L. 20 mm

P1040679.jpg 

 

Ce joli gastéropode dénommé anciennement Melanopsis aquensis est typique des milieux continentaux datés de l'Aquitanien. Il est caractéristique des milieux fluviatiles. Cette espèce peut être en concentration particulièrement importante être associée avec le genre Pomatias,lui aussi présent dans les zones fluviatiles.

 

P1040680.JPG

 

 

Du fait de son milieu de vie spécifique cette espèce est considérée par les spécialistes, comme un bon fossile de faciès. 

 
 

Donax burdigalensis Defrance, 1819

Ce petit bivalve très commun dans les sables fossiles du Burdigalien de Gironde, possède une coquille triangulaire, tronquée-oblique en arrière et allongée vers l’avant.

Ce genre est généralement présent dans les mers tropicales et tempérées.

Il vit juste au dessous de la surface des sédiments.

 

Donax-pyriteux.jpg

 

L’aspect brillant du spécimen présenté est dû à une minéralisation par de la pyrite, produite en milieu réducteur.

Cette phénomène est plutôt rare dans nos faluns du bordelais.

 

Hippurites praebioculatusCombiers, Santonien supérieur, H : 90 mm, L : 60 mm.

 

IMGP9906-copie.jpg

 

 

IMGP9908-copie.jpg

 

Ce spécimen a été découvert lors de notre sortie avec l'association Fossiles et Minéraux des Deux Charentes. (Pour lire le résumé, cliquez ICI)
C'est lors manifestation des 15 ans, que ce spécimen a été déterminé par Monsieur Jean-Pierre PLATEL, du B.R.G.M., que nous remercions ici.
Il est pour nous l'un des exemples de la collaboration inter-associatives entre structures et amateurs éclairés ! 
Ces bivalves, éteins de nos jours étaient très présents au Crétacé. Ils sont caractérisés par une valve gauche importante et une valve droite souvent réduite à un opercule.

 

Linga columbella 10 mm - Gironde - Aquitanien :
 
Ce bivalve est assez courant dans les sédiments aquitaniens, ce spécimen a la particularité d'être bivalvé. Cela nous indique que le site où il a été prélevé était peu agité et que l'animal s'est trouvé fossilisé en position de vie. Il est toujours très agréable à un paléontologue de saisir au travers d'un spécimen un petit moment de vie daté de plusieurs millions d'années.
 
P1040551.jpg
 
P1040552.jpg
 
 

 Crassostrea gingensis : Miocène moyen (Langhien) Landes. L. 300 mm

 

IMGP9219-copie.jpg

 

IMGP9218-copie.jpg

 

Cette espèce d'huître est très commune dans le Langhien et forme même des bancs extrêmement remarquable. Cette Ostrea se caractérise par une coquille très épaisse et de grande taille. La valve inférieure est assez profonde, tandis que la valve supérieure est quasi-plate. De nombreux organismes peuvent être observés fixés sur ces belles coquilles, comme des bryozoaires et des coraux.

 
 

Cypraea sp. Serravallien Gironde, L=25 mm
 
DSC00149-copie.jpg
 
 
DSC00151-copie.jpg
 

Cette Cypraea sp. est exceptionnelle car c'est un spécimen unique non encore déterminé par la science. Cette découverte montre une nouvelle fois que nous sommes loin d'avoir tout découvert sur les fossiles d'Aquitaine. Si l'un d'entre vous a une idée, nous sommes preneur ! 

 
 

Lyria aquitanica : Miocène inférieur (Aquitanien) Saint Morillon (Gironde)

 

P1040428.jpg

 

P1040427.jpg

 

Cette belle espèce de Volutidae est très fréquente à Saint Morillon (Château Plantat). Cependant, nombreux sont les spécimens juvéniles qui sont mis au jour. Caractéristique des mers chaudes, ce genre est un prédateur redoutable des autres mollusques. A Plantat, Lyria vivait en mer peu profonde, en compagnie de TectariusPugilinaCallista...

 
 
 

Echinolampas stellifera (Bartonien) Blaye.

D. max. : 43,02 mm.

IMGP8875.JPG

 

IMGP8876.JPG

 

 

 

 

 

IMGP8878.JPG

Ce bel échinide du blayais se trouve en grand nombre dans les sédiments détritiques calcaires.
Il se caractérise par des ambulacres proéminents et un test épais et bombé, lui conférant une meilleure résistance face aux assauts de la mer. Car cette espèce vivait dans la zone littorale agitée, sous climat sub-tropical. 
Les échinologistes parlent de forme endémique pour cette espèce de Blaye, qui ne se trouve nulle par ailleurs sur le département de la Gironde.

 
 
Ce fragment de dent est issu de sédiment daté du Serravallien. Malgré nos recherches nous n'arrivons pas à le déterminer.
L'hypothèse la plus probable serait que ce fragment serait celui d'une dent de Cachalot ou apparenté.
Si l'un d'entre vous à la moindre idée, nous sommes preneur !
Elle mesure 49,67 mm de haut.
 
IMGP8329.JPG
Une autre vue :
IMGP8330.JPG
 
Vue de dessus : 
 
IMGP8332.JPG